LE MONDE MAYA
L'aire maya couvre au Mexique : la péninsule du Yucatan et l'Etat du Chiapas, le Belize, le Guatemala, l'ouest du Salvador et du Honduras. Ce territoire d'environ 324 000 Km2 (60% de la France) s'étage entre hautes terres et basses terres et correspond à la distribution des peuples mayas au temps de la Conquête espagnole. Plus de 6 millions de personnes parlent aujourd'hui l'une des 28 langues mayas réparties au sein des 9 grandes familles, parmi lesquelles les Quichés et les Yucatèques sont les plus nombreux
Les textiles mayas 
Héritage d'une tradition plus que millénaire, le costume témoigne du tenace attachement des Mayas à leur culture. Lien entre le passé précolombien et l'époque contemporaine, les textiles véhiculent l'histoire, les légendes et les mythes. Depuis 2000 ans l'évolution technologique est infime.
Techniques et matériaux
Les métiers à tisser : le métier de ceinture ou "telar de cintura " essentiellement féminin utilisé pour les huipiles et le métier droit ou "telar de pie " pour tisser les jupes et les longs métrages dans des coopératives de main d'oeuvre masculine.
Parmi les onze techniques répertoriées, les plus courantes sont l'armure-toile simple, l'armure croisée ou sergé , la gaze l'ikat ou jaspe qui consiste à tendre les fils par paquets et à les plonger dans un bain de couleur où seules les parties laissées libres seront teintes , et la trame supplémentaire. pour des effets de brochages simples ou à double face (tissu réversible).
C'est dans les hautes terres du Guatemala et du mexique (Chiapas) que sont nés les plus beaux tissages. Le costume féminin se compose d'un huipil (sorte de blouse) fait de 2 ou 3 lés réunis par une couture , la pièce est ensuite pliée en 2 afin de pratiquer une ouverture au centre, une jupe, une ceinture , un ruban pour les cheveux, un tzute fait de 1 ou 2 lés réunis pour former un carré : posé sur la tête il est utilitaire, jeté sur l'épaule il devient décoratif, il est aussi porté par les hommes en bandeau lors de certains rites.
C'est dans les hautes terres du Guatemala et du mexique (Chiapas) que sont nés les plus beaux tissages. Le costume féminin se compose d'un huipil (sorte de blouse) fait de 2 ou 3 lés réunis par une couture , la pièce est ensuite pliée en 2 afin de pratiquer une ouverture au centre, une jupe, une ceinture , un ruban pour les cheveux, un tzute fait de 1 ou 2 lés réunis pour former un carré : posé sur la tête il est utilitaire, jeté sur l'épaule il devient décoratif, il est aussi porté par les hommes en bandeau lors de certains rites.
le huipil la jupe le tzute la ceinture
La symbolique du vêtement
Chaque tissage est une cosmographie dont les éléments empruntent à la mythologie et à l'histoire locale. la composition et les dessins d'un huipil de lisent comme un texte dont la forme et le contenu varient selon l'ethnie, la communauté ou le lignage.
Diamants les rangées de losanges brochés sur le motif central évoquent le cosmos conçu comme un cube formé de 3 plans : le ciel, la terre et "l'inframonde". Au centre de chaque losange, ou diamant figure le soleil (J.C.) matérialisé par Yaxché, l'Arbre sacré des Mayas.
Symboles anthropozoomorphes ces figures symbolisent les forces de la nature propres aux mythologies locales. Les animaux sauvages appartiennent au domaine obscur de la nature qui s'oppose au monde socialisé et lumineux des hommes   .
 
sources : "huipils mayas" édition : les cahiers culturels de la Manche
"Mondes mayas" guides Gallimard 
Adresse : Association Mayacoeur
BP 20059
Parc Pagnerre - av du Trocadero
59370 MONS EN BAROEUL
Téléphone 03 20 53 45 31/ fax : 09 72 11 07 58
LES PARTENAIRES DE MAYACOEUR
Région Nord Pas de Calais Département du Nord Association Basque Espagnole Association Basque Espagnole Association Karen Mane Nawal CAFNIMA Association Timoun d'Haïti
AGENDA & PUBLICATIONS