MICRO CREDITS
 A  28 fermiers de Sejabal pour acheter la terre qu'ils cultivent

En 2010 CAFNIMA propose à MAYACOEUR de participer au financement de micro crédits affectés à de l'investissement pour des familles qui ont l'opportunité d'acquérir leurs terres dans la Valle del Ulpàn,
dans l'Alta Verapaz.
Ce projet s'accompagne d'un volet de formation pour la population indigène, alphabétisation, gestion, amélioration des pratiques culturales,
respect de l'environnement.

Le coordonateur local du projet recruté par Cafnima est un leader indigène Leonardo Cojoc Ical, (spécialiste de formation à l'agriculture biologique)
C'est aussi un moyen de lutter contre l'émigration dans les villes et les problèmes de violence grandissante qu'elle engendre en permettant à ces familles de développer leur autonomie et leurs capacités

Rapport de CAFNIMA décembre 2009 : "Le département d'ALTA VERAPAZ a le plus fort taux de pauvreté du pays, et les communes De San Pedro Carcha, comme celles de Cahabon, Chahal et Lanquin forment le « couloir de la mort » ou il y a le plus fort taux de mortalité maternelle post-partum de toute l'Amérique latine, par manque de voies de communication, par pauvreté et manque d'éducation de ses habitants. Dans cette région du pays 98°/° des femmes de plus de 16 ans ne parlent qu'une seule langue et sont analphabètes, chez les hommes ce taux est de 75°/°.

La communauté de SEJABAL est l'une des 12 communautés Q'eqchi de Valle del Ulpan qui furent dépossédés de leurs terres au 19eme siècle. Depuis, ils ont dû travailler pour les 6 propriétaires terriens d'origine européenne dont la majorité payaient bien en dessous du salaire minimum établi par la loi, forçant les hommes des communautés à émigrer vers les villes à la recherche de travail et condamnant leur famille à la plus grande pauvreté.
La majorité des propriétaires terriens du département mènent des pratiques peu éthiques et obscures pour la vente de terre. Ainsi un propriétaire vend des parcelles de 100 à 300 m2 aux familles indigènes, en les faisant travailler sur sa ferme pour payer le prix de la parcelle les familles ne connaissant pas le coût total de leur parcelle ni la valeur de leur journée de travail qu'on leur décompte au total, ces pratiques peuvent être qualifiées d'esclavagistes.

Il y a une exception dans ce contexte. Le propriétaire des terres autour de Sebajal a décidé d'aider ses travailleurs en leur vendant un lopin de terre par famille au prix du marché, à 4,000 Q (364 €) par lopin, plus 1,250 Q (112 €) pour le métrage et les frais d'écriture.

Des micro crédits, à hauteur de 4000 Q (soit 364 euros) chacun, seront octroyés à 28 familles particulièrement défavorisées et dans l'incapacité de profiter de l'occasion offerte par le propriétaire d'acquérir leur parcelle à un prix normal.
L'argent prêté génère des intérêts compris entre 8 et 12 % (taux de l'inflation en 2009 : 11,4%), la garantie est la terre elle-même, la durée du prêt est de 2 ans1/2, la cadence des remboursements étant liée au projet de la famille, ils seront diminués si les emprunteurs et leurs familles participent aux programmes d'alphabétisation, d'éducation, de formation à l'agriculture biologique, aux systèmes d'irrigation…que CAFNIMA souhaite implanter à Sejabal dans les quatre prochaines années, cette éventuelle réduction d'intérêt étant prise en charge par CAFNIMA
Les fonds restitués seront employés à aider d'autres familles indigènes très pauvres à l'achat de terre. "

Adresse : Association Mayacoeur
BP 20059
Parc Pagnerre - av du Trocadero
59370 MONS EN BAROEUL
Téléphone 03 20 53 45 31/ fax : 09 72 11 07 58
LES PARTENAIRES DE MAYACOEUR
Région Nord Pas de Calais Département du Nord Association Basque Espagnole Association Basque Espagnole Association Karen Mane Nawal CAFNIMA Association Timoun d'Haïti
AGENDA & PUBLICATIONS